cadre   - Nous sommes le Mardi 11 Avril 2017 et il est 17:20
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Psychiatrie : l’algorithme qui prédit les psychoses 04/09/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In Sciences et Avenir SANTE

Psychiatrie : l’algorithme qui prédit les psychoses

Elena Sender
Un programme d’analyse linguistique parvient à détecter les risques de développer une psychose.

Un programme informatique pourrait aider à prédire les risques de développer des psychoses. ©Inition / Rex Features/REX/SIPA

Un programme informatique pourrait aider à prédire les risques de développer des psychoses. ©Inition / Rex Features/REX/SIPA

 

PSYCHIATRIE.

Environ une personne sur cent, âgées de 14 à 27 ans, présente un risque élevé de déclencher une psychose. C’est-à-dire de souffrir de symptômes tels que des idées délirantes et/ou des hallucinations, pouvant mener à une véritable maladie comme la schizophrénie.

Au sein de cette population à haut risque, 20% des patients expérimenteront effectivement un épisode de psychose. Prédire lesquels demeure le Graal des psychiatres !

Un programme informatique pourrait bien les y aider. C’est, en tout cas, ce que laisse entendre une étude publiée dans la revue Nature PJ-Schizophrenia, par le Medical Center de l'université Columbia, associé au New York State Psychiatric Institute ainsi qu’au Centre de recherche Watson d’IBM. Les chercheurs ont démontré qu’en décryptant le langage des patients à risque de psychose, un algorithme parvient à déterminer ceux qui déclencheront un épisode psychotique dans les deux ans !

Pour lire la suite, cliquer sur la cible

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


ANTICIPER ET COMPRENDRE POUR PROGRESSER 04/09/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

 


 

Anticiper et comprendre pour progresser
 
 

Source : Site de l'ANAP, (Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements), avec le relais de l'UNAFAM National


À l’occasion de son Université d’été de la performance en santé,à Tours les 27 et 28 aoùt,  l’Anap a initié la diffusion d’une publication intitulée

Les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale ; première approche.

L’Anap envisage un déploiement d’outils dans les ARS pour améliorer les parcours en santé mentale....

La notion de « parcours en psychiatrie et santé mentale » est récente et elle est peu encore usitée. L’ANAP a voulu mettre en exergue cette dimension du « prendre soin », qui implique aussi bien les patients eux-mêmes, les familles, les aidants, les soignants du sanitaire et du médico-social et les acteurs de l’environnement social.
 Accès au document   

 



- Imprimer cette info

Les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale - Première approche 02/09/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

Les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale - Première approche

In CAPGERIS

02/09/2015

Nouvelle publication de L’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP)

 

Les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale - Première approche

 

Cette publication présente les enseignements d'un ­travail mené avec 3 ARS pilotes (Auvergne, Bretagne et Nord-Pas-de-Calais), portant sur l'organisation des parcours en psychiatrie et santé mentale. Elle identifie 8 points-clés pour penser les parcours. Les travaux proposent plusieurs voies de progrès, identifiées à partir des préoccupations communes aux trois territoires.

L'un des apports principaux de la démarche est de contribuer à faire prendre conscience aux acteurs de la nécessité de travailler de façon décloisonnée pour trouver ensemble des réponses et des pistes d'amélioration pertinentes (en voir une illustration avec les formations croisées sur la VIDEO ci-dessous).

 
 

D'autres productions, notamment des outils opérationnels pour améliorer l'organisation de la prise en charge et de l'accompagnement, seront mises en ligne dans les mois qui viennent. Ce document s'adresse à l'ensemble des acteurs, professionnels ou usagers, évoluant dans le champ de la psychiatrie et de la santé mentale intéressés par une réflexion sur les conditions organisationnelles d'une prise en charge adéquate et d'une optimisation du système actuel.

 

VIDEO

Parcours en psychiatrie et santé mentale- Formations croisées

Cliquez sur le lien pour ouvrir la page Vidéo:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=aZTS_yO2vMY

 

 

 

 



- Imprimer cette info

ANAP: PARCOURS DE SOINS - ANTICIPER ET COMPRENDRE POUR PROGRESSER 31/08/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

Anticiper & Comprendre  pour Progresser (Parcours de soins)

À l’occasion de son Université d’été de la performance en santé,à Tours les 27 et 28 aoùt,  l’Anap a initié la diffusion d’une publication intitulée

Les parcours des personnes en psychiatrie et santé mentale ; première approche.

L’Anap envisage un déploiement d’outils dans les ARS pour améliorer les parcours en santé mentale....

La notion de « parcours en psychiatrie et santé mentale » est récente et elle est encore peu usitée.

L’ANAP a voulu mettre en exergue cette dimension du « prendre soin », qui implique aussi bien les patients eux-mêmes, les familles, les aidants, les soignants du sanitaire et du médico-social et les acteurs de l’environnement social.

- Pour feuilleter ce document : le téléchargement peut demander quelques  secondes:

Cliquer sur le lien ci-dessous:

http://www.anap.fr/fileadmin/user_upload/outils_et_publications/Publications/Accompagner_le_secteur_medico-social/Organisation/Sante_mentale/Parcours_personnes_psychiatrie_sante_mentale_Premiere_approche.pdf

 



- Imprimer cette info

NEW YORK: LES SOLUTIONS POUR SOIGNER LA VILLE SELON SHIRLANE MAC CRAY 27/08/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In EPOCH TIMES

27 aout 2015

Samira Bouaou/Epoch Times

Les solutions pour soigner la ville, selon Chirlane McCray, Première dame de New York

Les solutions pour soigner la ville, selon Chirlane McCray, Première dame de New York

Chirlane McCray, Première dame de New York, à la Mairie de Manhattan le 11 août 2015. (Samira Bouaou/Epoch Times)

NEW YORK – Quand un événement pénible de la vie vous affecte profondément, vous êtes confrontés à un choix sur la façon de réagir : ignorer cela ou faire tout ce qui est en votre pouvoir pour apporter des changements positifs.

La Première dame de New York Chirlane McCray (ndlr:épouse du Maire) s’est trouvée à un tel carrefour. Elle a décidé de participer aux initiatives d’amélioration des services de santé psychologique dans la ville. Son idée est de remettre en question la scission cartésienne entre le corps et l’esprit si répandue dans la médecine occidentale.

Lorsque Chirlane McCray a découvert que sa fille, Chiara de Blasio était diagnostiquée avec des troubles d’anxiété, de dépression et de toxicomanie à l’âge de 18 ans, elle s’est sentie comme toute mère pouvait se sentir.

« C’était si douloureux et si frustrant. … C’est difficile à décrire » a raconté Mme McCray dans la salle Staten Island de l’hôtel de ville de New York, lors d’une interview réalisée le 11 août.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Schizophrénie : un jeu sur tablette pour améliorer la mémoire des malades 08/08/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

? Dr  POURQUOI DOCTEUR ?

                                        Comprendre pour agir

Entraînement cérébral

Schizophrénie : un jeu sur tablette pour améliorer la mémoire des malades

 
Des chercheurs britanniques ont mis au point une application pour améliorer la mémoire épisodique et à court terme des personnes atteintes de schizophrénie. 
Schizophrénie : un jeu sur tablette pour améliorer la mémoire des malades Cambridge Advanced Training Programme - Peak
 

Pour améliorer la vie de personnes atteintes de schizophrénie, des chercheurs de l’Université de Cambridge (Grande–Bretagne) ont développé un jeu sur tablette. Celui-ci, appelé Wizard et présenté dans le journal Philosophical Transactions of the Royal Society B, a été conçu pour stimuler la mémoire des malades et leur capacité à accomplir des tâches quotidiennes.

L’une des motivations des chercheurs pour développer ce jeu est d’aider les personnes atteintes de schizophrénie à retrouver leur indépendance et autonomie. A l’aide d’exercices d’entrainement à la fois drôles, captivants et faciles à comprendre, le joueur fait travailler sa mémoire épisodique. Celle-ci permet de se souvenir de moments passés et de prévoir l’avenir. L’application, que l’on pourra retrouver sur iPad, a également pour but d’améliorer la mémoire à court-terme (ou mémoire de travail) par le moyen d’une histoire dans laquelle le joueur choisit son personnage et son nom.

Pour étudier l’efficacité du jeu, mis au point par des psychiatres, des neuroscientifiques, des développeurs mais également des malades, les chercheurs ont sélectionné une vingtaine de personnes. Sur une période de 4 semaines, une partie des participants a utilisé Wizard pendant 8 heures, soit environ 2 heures par semaine, et l’autre partie a continué à suivre son traitement habituel.
 

« Aider là où les traitements échouent »

Après l’expérience, les joueurs ont déclaré avoir apprécié le jeu et être motivés pour continuer. Par ailleurs, les chercheurs ont observé les améliorations attendues. « Nous avons besoin d’un moyen pour traiter les troubles cognitifs de la schizophrénie, tels que les problèmes de mémoires épisodiques, mais peu de progrès ont été faits concernant un médicament, explique le Pr Barbara Sahakian, du département de psychiatrie de Cambridge et responsable de ce projet. Cette preuve de concept est importante car elle démontre que les jeux de mémoire peuvent aider là où traitements ont échoué. »

L’application Wizard sera prochainement disponible sur iPad via la plateforme iTunes.

Il devrait être inclus dans le jeu Peak, un programme d’entrainement cérébral personnalisé.

Cf. sur cette Rubrique "Les nationales" : l'article précédent du 08/07/2015

LIENS SUR LE MÊME THÈME


- Imprimer cette info

TROUBLES MENTAUX ET LES TECHNOLOGIES MOBILES 08/07/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In SCIENCES ET AVENIR SANTE Décembre 2014

Troubles mentaux : "les technologies mobiles représentent l'avenir des traitements"

Lise Loumé 

Publié le 02-12-2014

En quoi les smartphones et les tablettes sont-ils utiles aux patients atteints de maladies mentales ? Joël Swendsen, spécialiste de ce sujet, répond aux questions de Sciences et Avenir.

Tablettes et smartphones permettent d'effectuer un suivi médical des patients à distance. Frank van Delft / Cultura Creative / AFP

Tablettes et smartphones permettent d'effectuer un suivi médical des patients à distance. Frank van Delft / Cultura Creative / AFP

Pychiatre et directeur de recherche au CNRS à Bordeaux, Joël Swendsen est expert dans les technologies mobiles et objets connectés pour les troubles mentaux sévères, tels que la schizophrénie, les troubles de l'humeur, les troubles anxieux et les addictions. Il a récemment mis en lumière le rôle du cannabis dans la survenue des symptômes psychotiques et la façon dont la vulnérabilité héréditaire augmente la consommation d'alcool.

Joël Swendsen vient de recevoir le prix Marcel Dassault 2014 "chercheur de l'année" pour ses travaux. À cette occasion, il a accepté de répondre aux questions de Sciences et Avenir sur l'intérêt des technologies mobiles dans le traitement de patients atteints de troubles mentaux. 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


MALADIES MENTALES OU PSYCHIQUES ? 07/07/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In LA CROIX

30/6/15  PIERRE BIENVAULT

Maladies mentales ou psychiques ?

Le titre d’un article dans La Croix a choqué quelques parents qui refusent le terme de « malades mentaux », lui préférant celui de « handicapés psychiques » 

 
 
 
Le terme de « malade mental » est trop stigmatisant pour les proches des malades, mais la « malad...

Danist Soh / Unsplash / CC

Le terme de « malade mental » est trop stigmatisant pour les proches des malades, mais la « maladie psychique » est un terme trop vague pour la médecine.

Un débat loin d’être anecdotique

Faut-il parler de maladie mentale ou psychique à propos, par exemple, de la schizophrénie ? Et faut-il même préférer le terme de handicap à celui de maladie ? Ce débat est loin d’être anecdotique pour les personnes concernées et leurs proches.

 « Parce que les mots ont un sens », indique Roselyne Touroude, vice-présidente de l’Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam). Fondée en 1963, cette structure a longtemps été l’Union de familles de malades mentaux et de leurs associations.

Puis, en 2005, elle a obtenu la reconnaissance dans la loi de la notion de handicap psychique. « Cela a été crucial pour rendre plus visible une population jusque-là confinée dans le champ de la psychiatrie. Et lui permettre d’avoir accès à des droits nouveaux », explique Roselyne Touroude.

PIERRE BIENVAULT
 


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


COLLOQUE UNAFAM LES 10 ANS DE LA LOI DE 2005 27/06/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In ASH  26  06  2015

Béatrice Borrel :Nouvelle PRESIDENTE DE L'UNAFAM   

"Les progrès doivent aller plus vite"  dans le champ du handicap psychique

Article rédigé par Noémie Colomb

 Le 25 juin, l'Union nationale des amis et familles de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) consacrait un colloque au bilan de la loi "handicap" du 11 février 2005, qui a reconnu les troubles psychiques comme un handicap à part entière. Pour Béatrice Borrel, vice-présidente de l'union, des progrès restent à faire

 Dix ans après son vote, quels sont les impacts de la loi "handicap" ?

La reconnaissance de la notion de handicap psychique a permis de donner une visibilité aux difficultés liées à ces troubles et de les différencier du handicap mental. Cette visibilité nous a permis de faire part des besoins des personnes et de leurs familles. Nous sommes aujourd'hui intégrés aux groupes de travail nationaux sur le handicap et nous venons d'obtenir, pour la première fois, un poste au conseil d'administration de l'Agefiph (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées). La prise en compte de ce handicap dans le rapport "Le Houérou" sur l'insertion professionnelle des personnes handicapées est un signe positif.

Quelles sont vos attentes ?

Aucun outil spécifique n'existe pour définir, pour les personnes handicapées psychiques, le taux d'incapacité qui donne accès à la prestation de compensation du handicap (PCH). Résultat : aujourd'hui, rares sont celles qui en bénéficient car les critères d'attribution ne sont pas adaptés. Un progrès néanmoins : nous allons travailler, à partir de 2016, à la création d'un guide avec la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie, pour évaluer les troubles psychiques.

Qu'en est-il des structures d'accueil ?

Les manques restent criants : les services d'accompagnement à la vie sociale destinés à ce public ne sont pas assez nombreux. Il existe trop peu de résidences accueil et les foyers ou maisons d'accueils médicalisés, adaptés au handicap mental, ne répondent souvent pas aux besoins des personnes handicapées psychiques. Faute de solution, la moitié des personnes vivent dans leurs familles. Quant aux groupes d'entraide mutuelle, leur création est bloquée par manque de moyens.

Enfin, l'insertion professionnelle ne concerne qu'une petite partie des personnes. Les établissements et services d'aide par le travail accueillent peu ce public ou alors aux côtés de personnes handicapées mentales dont les difficultés sont différentes. Il faudrait proposer des activités diversifiées aux personnes souffrant de troubles psychiques et mettre en place des possibilités de travail à temps partiel. Depuis le décret du 16 août 2011, les personnes qui travaillent plus d'un mi-temps dans le milieu ordinaire ne peuvent plus cumuler leur revenu avec l'allocation aux adultes handicapés, ce qui ne les incite pas à travailler. Au final, on avance lentement depuis dix ans. Les progrès doivent aller plus vite !

Le projet de loi "santé" va-t-il dans le bon sens ?

Oui, l'article consacré à la santé mentale confirme la place du secteur psychiatrique, ce que nous souhaitons pour que toute personne puisse être soignée partout en France. Maintenant, il reste à voir la façon dont va être appliqué ce texte : nous souhaitons que les soignants se déplacent à domicile et répondent aux alertes des familles quand leur proche va mal, et que nous ne soyons pas obligés de passer par les soins sans consentement, ce qui est traumatisant pour le malade. En matière de prévention, le projet de loi ne va pas assez loin puisque les articles qui y sont consacrés ne mentionnent pas la maladie mentale.

Quels sont vos liens avec les associations d'usagers ?

Notre premier partenaire reste la Fnapsy (Fédération nationale des associations d'usagers en psychiatrie) : si notre projet de plateforme a peu avancé depuis un an, nous organisons des actions communes comme la deuxième édition des "Mad days", en octobre. A l'occasion de la "Mad pride" du 13 juin, certains regroupements de malades ont estimé que les familles n'avaient pas leur place dans cette manifestation. Pourtant, nous allons tous dans la même direction : promouvoir la déstigmatisation et faire en sorte qu'une personne qui souffre d'un handicap psychique puisse s'insérer dans la société. Pour le moment, nos mobilisations sont différentes et chacun a son approche mais il n'est pas exclu que nous nous mobilisions ensemble plus tard.

 

                                           



- Imprimer cette info

TEMOIGNAGE: 22/06/2015

 Article sélectionné par Jean-Claude

VIDÉO. Bipolaire, Anne Betton assume sa maladie à visage découvert pour proposer un nouveau regard sur la pathologie

SANTÉ - Anne Betton a été diagnostiquée bipolaire en 2009. Une fois stabilisée grâce aux doses adéquates de médicaments équilibrant les troubles de l'humeur, elle aurait pu reprendre sa vie "normale", elle qui était en poste dans une grande entreprise. Mais sa maladie a bouleversé sa perception du monde. Elle a décidé de militer pour que la société pose un nouveau regard sur les maladies mentales.

.Désormais, Anne Betton est avant tout photographe. Nous en avions déjà parlé dans un article évoquant son travail sur les malades qui s'assument (cliquez ici pour le lire et voir ses plus beaux portraits). Elle a décidé de s'engager sur le sujet, à la suite d'un long travail de réflexion sur la maladie psychique. Selon elle, "on pourrait penser que taire ses problèmes de santé suffirait à ne pas être stigmatisé. C'est sans compter les troubles qui s'opèrent en nous, rarement de façon continue, mais se manifestant par épisode. Les nier à notre entourage leur laisserait penser qu'ils nous définissent et sont une partie constituante de notre personnalité." Son site est disponible en cliquant ici.

Pour voir et écouter la vidéo : cliquez ici  (Anne BETON explique pourquoi et comment elle est parvenue à mettre en oeuvre son projet)
 

Lire aussi :

• Pourquoi les personnes malades n'hésitent plus à assumer leur pathologie



- Imprimer cette info

Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales