cadre   - Nous sommes le Mardi 11 Avril 2017 et il est 16:17
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Enfermement des fous criminels, une loi confortable... 28 février 2008

 In ww.marianne2.fr 

Le projet de loi sur la rétention de sûreté, stigmatise une « dangerosité éternelle » des criminels relevant de la psychiatrie, à l'encontre des principes de présomption d'innocence, de réhabilitation et de traitement médical.
Voici venu le temps des assassins de la présomption d'innocence. Après le projet de loi sur la prévention de la délinquance qui entendait pratiquer un dépistage précoce des troubles de conduite chez l'enfant et l'adolescent, le projet de loi sur la rétention de sûreté tente de banaliser la privation de liberté, et transforme le juge en autorité de police. Il ne s'agit pas de sombrer dans l'angélisme antisécuritaire, ni de trop vite condamner le droit des victimes à un juste procès. Mais il convient de garder raison devant une loi qui se présente comme un pur déni de justice.
La base de notre droit repose en effet sur l'idée qu'il ne peut y avoir de culpabilité sans crime (et sans discernement), pas de peine sans culpabilité (ce qui suppose la présomption d'innocence). Or, en supprimant ces deux postulats, et en installant dans l'opinion l'idée d'une éternelle dangerosité, il n'est plus possible de persévérer dans ces distinguos. Le Président, dans son entretien au Parisien du 26 févier 2008, a de fait fourni les motifs d'un tel renoncement : « il ne faut plus mettre les fous en prison », mais dans des hôpitaux-prisons.


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


LOI relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 28 février 2008

JORF n°0048 du 26 février 2008

 

texte n° 1

    

LOI

 

LOI n° 2008-174 du 25 février 2008 relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental (1)

Le premier objectif de cette loi, élaboré conjointement avec le ministère chargé de la Santé, est de permettre de retenir dans des centres fermés les auteurs de crimes pédophiles condamnés à quinze ans de réclusion ou plus lorsqu'ils restent particulièrement dangereux et présentent un risque très élevé de récidive à l'issue de leur peine de prison. La rétention de sûreté sera prononcée pour une durée d'un an par une juridiction mais pourra être renouvelée si la personne reste dangereuse. Les personnes placées en centre de rétention de sûreté bénéficieront d'une prise en charge médicale et sociale spécifique par une équipe pluridisciplinaire. Le deuxième objectif est de modifier la procédure de jugement des irresponsables pénaux pour cause de trouble mental afin de mieux répondre aux attentes des victimes. Les juges ne se borneront plus à notifier une décision de non-lieu, mais pourront prononcer, si les charges sont établies, une déclaration d'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, à l'issue d'une audience, ils pourront prononcer des mesures de sûreté à l'encontre de la personne reconnue irresponsable. Ces mesures s'appliqueront dès la fin de l'hospitalisation d'office.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Handicap psychique et emploi : le guide du PDITH 92 28 février 2008

 Ce guide est consacré à la problématique du handicap psychique, de l'insertion professionnelle et du maintien dans l'emploi. L'environnement économique et professionnel, les exigences accrues de performances et de compétitivité contribuent parfois à la détérioration de la santé mentale d'une partie de la population. Ils posent la question du maintien dans l'emploi et des conditions de travail mais également des réelles possibilités d'insertion professionnelle pour un public fragilisé, car les troubles psychiques entraînent une forte exclusion du monde du travail. Rappelons qu'aujourd'hui 2 % de la population souffre de troubles psychiques.
 Au lendemain de la réaffirmation du droit des personnes handicapées dans la loi handicap du 11 février 2005 , la question de la place des personnes handicapées psychiques dans le milieu de travail ne peut plus être contournée ou ignorée. Elle doit être posée de façon éclairante à deux titres : tout d'abord en ce qui concerne le renforcement de l'obligation d'embauche pour les entreprises publiques ou privées, ensuite, du fait de la reconnaissance explicite, dans la loi, des troubles psychiques comme pouvant être à l'origine d'une situation de handicap.


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Etude des effets du LSD pourrait conduire à des traitements de la schizophrénie 28 février 2008

PARIS (AFP) — Des recherches sur les effets du LSD sur le cerveau pourraient conduire à l'amélioration des traitements pour la schizophrénie, selon une étude publiée dimanche en ligne dans le journal britannique Nature.

Une équipe de chercheurs, menée par Stuart Sealfon, de la Mount Sinai School of Medicine de New York, a constaté sur des souris que les modifications qu'entraînait le LSD sur les voies nerveuses, de même que les symptômes, étaient très similaires à ceux qu'entraîne la schizophrénie.
Comme les personnes qui ont absorbé du LSD, les malades de schizophrénie sont victimes d'hallucinations, entendant des voix et se persuadant que d'autres contrôlent leurs pensées.
De fait, le LSD (lysergic acid diethylamide), créé vers la fin des année 30 par un chimiste suisse pour traiter des troubles nerveux et respiratoires, influence les mêmes récepteurs de sérotonine que ceux qui sont modifiés chez les schizophrènes.
En outre, l'équipe de chercheurs a établi que le LSD, pour obtenir l'effet recherché, devait en même temps agir sur un récepteur régulant le glutamate. Ils ont montré que chez des souris activer ce récepteur abolit les effets hallucinogènes.

Selon eux, combattre la schizophrénie pourrait donc nécessiter un ensemble de médicaments régulant aussi bien les niveaux de sérotonine que ceux de glutamate, deux neurotransmetteurs agissant en interaction.

- Imprimer cette info


L'émission Allo docteur sur France 5 le 28 février de 14h30 à 15h

L'émission "Allo docteur " sur France 5 sera consacrée, le 28 février de 14h30 à 15h, à la schizophrénie-
( puis à 19h50 par la TNT ainsi que sur internet pendant 4 jours)
À cette occasion une famille de l'Unafam a bien voulu témoigner dans un reportage ou la personne malade et sa maman s'expriment sur le vécu de la maladie-

Magazine de 26' présenté par Marina Carrère d'Encausse, Michel Cymes et Benoît Thévenet et produit par Pulsations, avec la participation de France 5. 2008.



- Imprimer cette info

l'Unafam participe à la mobilisation nationale * Le 21 février 2008 à 18h00

 

 

DERNIÈRE MINUTE : le 21 février 2008, rassemblement Place de la République à 18h. l'Unafam participe à la mobilisation nationale "pour en finir avec le scandale des personnes mal logées". (stand Unafam et Croix marine à partir de 17h45 près de la boutique Habitat)
communiqué de presse



- Imprimer cette info

Maisons départementales des personnes handicapées : les délégués pointent du doigt les dysfonctionnements 21 février 2008

in Médiateur Actualités Février 2008 - N°34 spécial rapport annuel 2007

Les observations des délégués du Médiateur présents dans les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont permis de distinguer trois types de difficultés, voire certains dysfonctionnements

.

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Prédire le début de la schizophrénie / La schizophrénie causée par des problèmes électriques 19 février 2008

Beaucoup d'informations scientifiques parviennent sur la Toile, à lire avec esprit critique, en considérant néanmoins qu'un formidable élan anime actuellement la recherche ...

 19/02/2008
Une étude américaine estime que l'on pourrait détecter à l'avance 80 % des schizophrénies débutantes chez les jeunes à risque à partir de cinq critères personnels et familiaux ... par Jean-Michel Bader 15/02/2008 in lefigaro.fr
  /

Des problèmes électriques sont responsables des maladies mentales comme la schizophrénie, ont déclaré des chercheurs américains dans le cadre du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), qui a lieu en fin de semaine à Boston...in w..sciencepresse.qc.ca/files/aaas.jpg

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Psychiatrie : le retour de l’asile ? 14 février 2008

Entretien croisé avec Patrick Coupechoux, journaliste, et Franck Chaumon, psychiatre et psychanalyste (*) in l'Humanité - février 2008

Que pensez-vous du film Elle s’appelle Sabine, de Sandrine Bonnaire ?
Franck Chaumon. J’ai trouvé ce film extrêmement touchant. Son regard sur sa soeur telle qu’elle est aujourd’hui, malgré la douleur qu’il exprime, est très subtil et respectueux pour elle aussi bien que pour les autres résidents. Elle n’évite pas l’horreur de la situation et sait montrer en même temps la profonde humanité de ceux qui partagent sa vie à présent.
Patrick Coupechoux. Ce film est très émouvant. Le contraste entre la Sabine jeune, où elle est si belle, si humaine, et celle d’aujourd’hui, où elle est si diminuée, est terrible. Sandrine Bonnaire n’est pourtant ni dans le pathos ni dans la complaisance. Sa démarche implique une réflexion de ce qui s’est passé entre ces deux états.
Sandrine Bonnaire pose la question de l’impact de ces cinq années d’hôpital psychiatrique sur sa soeur. Avez-vous le sentiment qu’elle procède à une dénonciation en règle de la psychiatrie ?
Franck Chaumon. Le grand mérite du film et en même temps sa difficulté, c’est qu’il parle d’une personne, Sabine, et qu’il est toujours délicat de faire d’une existence la preuve d’une thèse, quelle qu’elle soit. Sandrine Bonnaire est extrêmement mesurée dans ses propos et il serait dommage de ne retenir qu’une seule cause évidente de la détérioration de l’état de sa soeur : l’hospitalisation en psychiatrie pendant cinq ans. Le danger serait de mettre la douleur de Sabine sur le compte d’une unique maltraitance « psychiatrique ».


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Retour sur la psychiatrie… 14 février 2008

in libération.fr par Serge HEFEZ le 11 février 2008
(..) Les psychiatres, cet «insondable troupeau des décrotteurs d’abîme», comme les baptisait Antonin Artaud, n’ont décidément pas bonne presse. A charge pour nous de faire mieux connaître la réalité de nos actions, cette multitude d’initiatives minuscules qui visent à insérer les malades mentaux dans la trame de la vie sociale, et non plus à les exclure dans l’univers concentrationnaire des asiles d’aliénés. Quitte à recevoir des invectives lorsque des malades dangereux commettent l’irréparable, comme il y a quelques mois à Pau…Et même si j’ai parfaitement conscience de l’existence de brebis galeuses, de spécialistes cupides et dénués d’éthique, je défendrai encore ici le dévouement des centaines d’équipes qui œuvrent au quotidien sur le terrain, au plus près de la souffrance psychique.
Je rends aussi hommage à tous les professionnels qui se mobilisent actuellement en refusant d’être associés à la dérive sécuritaire qui vise à dépister la délinquance chez les enfants de trois ans, à maintenir enfermés des personnes potentiellement dangereuses ayant purgé leur peine ou à incarcérer des individus présentant des pathologies psychiatriques.Mon confrère Gérard Dubret souligne ainsi dans l’Information Psychiatrique qu’au sein de la population pénale, le nombre de patients schizophrènes atteint aujourd’hui 7% ... (surligné par la webmestre)

- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales