cadre   - Nous sommes le Mardi 11 Avril 2017 et il est 15:58
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
lettre d'information n°3 nouvelle-aquitaine
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

RECHERCHE : "Apports réciproques de la neurologie et de la psychiatrie" 21/07/2013

Université Paris Diderot

Institut des Humanités de Paris

2ème journée scientifique "Apports réciproques de la neurologie et de la psychiatrie"

Date : Vendredi, 18 Octobre, 2013

    S'il est classique de distinguer neurologie et psychiatrie, cette séparation repose sur une frontière toujours mouvante entre troubles cérébraux organiques et troubles cérébraux fonctionnels. Or, le développement et l'extension croissante des sciences du cerveau et de la psychopharmacologie dans ces dernières décennies peuvent apparaitre comme un bouleversement épistémologique, venant modifier en profondeur la conception de la psychiatrie. Cette dernière deviendrait un versant clinique des neurosciences, partageant, sur le plan théorique, les mêmes programmes de recherche visant à dégager des explications neurocognitives des phénomènes, et, sur le plan pratique, l'utilisation des mêmes molécules dans la prise en charge des patients.
Cette évolution doit-elle être comprise comme un retour à une conception précédant l’autonomisation de la psychiatrie, ou aux idées défendues au cours du 19ème siècle par le courant organiciste, assimilant maladie mentale et maladie du cerveau ? Comment analyser aujourd'hui l'intrication des discours et des pratiques en neurologie et en psychiatrie, tout en posant la question de l'originalité et de la spécificité de chacun de ces domaines ?



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SCHIZOPHRENIE : DOSSIER WIKIPEDIA Juillet 2013 20/07/2013

La schizophrénie est une maladie mentale se développant généralement au début de la vie adulte. Elle est caractérisée par des difficultés à partager une interprétation du réel avec les autres, ce qui entraîne des comportements et des discours bizarres, parfois délirants.

Les facteurs connus pour être liés au développement d'une schizophrénie sont multiples : d'ordre génétique, environnemental, psychologique, neurobiologique et encore social. Ils sont cependant encore largement incompris. Le mécanisme de la pathologie est lui aussi incomplètement compris.

Au départ, elle se manifeste principalement par un sentiment d'étrangeté, une bizarrerie, des intérêts étranges, ésotériques, voire un sentiment de persécution. Ceci peut aboutir au développement d'un délire paranoïde. On retrouve une désorganisation de la pensée et du discours. Dans 20 à 30 % des cas, la personne peut avoir des hallucinations, surtout auditives. Ces voix imaginaires (souvent les mêmes), parlent au malade pour commenter ses actes et ses choix. La schizophrénie engendre aussi des dysfonctionnements cognitifs, sociaux et comportementaux qui évoluent avec des phases aiguës, et des phases quasi asymptomatiques[1].

Le diagnostic se fonde sur l'observation du comportement et sur les symptômes rapportés par le patient. Il n'y a pas à ce jour d'examen complémentaire qui permet d'affirmer le diagnostic. Les nombreuses combinaisons de symptômes observés chez les personnes vivant avec une schizophrénie ont ouvert un débat pour savoir si ce diagnostic représentait une seule et même maladie ou plusieurs syndromes distincts. La période diagnostique permet aussi d'éliminer d'autres pathologies neurologiques et psychiatriques.

Cette pathologie peut évoluer favorablement dans un délai plus ou moins long. Cependant, les patients atteints de schizophrénie souffrent souvent d'autres maladies psychiatriques : dépression, troubles anxieux, addictions (50 % des cas environ). L'espérance de vie des personnes touchées est ainsi estimée inférieure de 12 à 15 ans à l'espérance de vie moyenne, à cause du risque plus élevé de problèmes de santé (lié à la pathologie et/ou à son traitement) et d'un plus fort taux de suicide (environ 5 %)[2],[3],[4].

La schizophrénie a une prévalence globale d'environ 0,3-0,7 %[5],[6].

La schizophrénie est couramment traitée par la prise de neuroleptiques. Ces médicaments agissent sur les récepteurs de la dopamine et parfois de la sérotonine. La psychothérapie et la réhabilitation sociale font également partie de la prise en charge et est accompagnée d'une réinsertion sociale et professionnelle du patient. Dans les cas les plus sévères – lorsque l'individu présente un risque pour lui-même ou pour les autres –, une hospitalisation sans consentement peut être nécessaire. De nos jours les hospitalisations sont moins longues et moins fréquentes qu'elles l'étaient auparavant[7]. Cependant, seule une petite minorité de personnes souffrant de troubles mentaux adopte un comportement dangereux pour les autres.

Bien plus souvent, ce sont les patients qui sont les victimes, de leur fait ou de celui d’autrui ou de la société (discrimination à cause de la maladie et/ou des complications du traitement, difficultés de logement, précarité économique, isolement, désengagement des aides socialesetc.)[8]. Dans certains cas, afin de compenser les difficultés liées à la maladie même traitée dans l'insertion sociale ou professionnelle, il est possible à la personne souffrant de schizophrénie de bénéficier d'une reconnaissance du handicap : on parle alors de handicap psychique[9].



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


TROUBLES PSYCHIQUES : Entendre les Familles 13/07/2013

Troubles psychiques : entendre les familles

Article extrait de Sante mentale.fr

Témoignage:

« Quand mon fils a été diagnostiqué schizophrène, je n'arrivais pas à y croire. J'avais l'impression d'avoir reçu un coup de matraque sur la tête. »

« Personne ne peut comprendre la “morsure” de la folie. D'ailleurs on n'imagine pas que les troubles psychiques se présentent ainsi. Notre fille paraît être comme tout le monde, elle trompe même les médecins, seulement par moments elle dérape, et là, plus rien ne l'arrête, pas même elle-même. Comment se résigner à l'indicible ? »

« Face à tant d'absurdités, il faut s'économiser ! Contre la psychiatre qui m'a dit qu'elle ne pouvait rien pour mon fils, j'ai ressenti un courroux, une fureur des plus viscérales. J'ai hurlé, gaspillé mon énergie… pour rien… » ...



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PSYCHIATRIE: « Quand je serai grande, je serai psychiatre » 12/07/2013

Site Congrès français de psychiatrie : Congrès de Nice 2013 5ème Edition

Aude Van Effenterre

« Quand je serai grande, je serai psychiatre »

Suite au rapport de l’OMS de 2008 faisant état d’un déficit en psychiatres dans plusieurs parties du monde, une étude multicentrique incluant plusieurs pays a été menée sur les raisons amenant les étudiants en médecine à choisir la psychiatrie. En France,  ce déficit se retrouve au niveau des postes hospitaliers par exemple puisqu’on observe une pénurie de psychiatres avec jusqu’à 20% de postes de PH vacants. 

Concernant les épreuves nationales classantes, il existe une augmentation du nombre de postes ouverts en psychiatrie dans les 10 dernières années : 200 en 2004 à 500 en 2012, soit une augmentation du pourcentage de postes ouverts à la psychiatrie de 5 à 6,7% (les autres spécialités sont passées de 3988 à 7502). Par ailleurs, fait important : pour la 1ère fois en 2012 tous les postes de psychiatrie n’ont pas été pourvus !



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


TROUBLE BIPOLAIRE: diagnostic et prise en charge à améliorer 12/07/2013

Trouble bipolaire: diagnostic et prise en charge à améliorer

In Le Figaro.fr          
Par Martine Lochouarn
Le 11/07/2013
            
Mis en lumière par les révélations de certaines stars, stigmatisé ou relativisé à tort,  ce trouble psychiatrique peut être combattu efficacement.            

Dans une étude récente sur 500 patients souffrant de troubles bipolaires, les psychiatres du CHU Henri-Mondor-Albert Chenevier (Créteil) montrent que le délai moyen entre le premier épisode majeur de la maladie et la prescription d'un traitement adapté approche dix ans. «Le diagnostic correct, surtout pour les troubles bipolaires de type 2, et l'instauration du traitement recommandé sont retardés par l'attention insuffisante portée à la diversité des premiers symptômes, par l'absence d'évaluation adéquate et par un suivi insuffisant des recommandations de prise en charge», estiment les auteurs.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PSYCHIATRIE ET PRISON : un rapprochement est-il possible ? 10/07/201

Psychiatrie et prison : un rapprochement est-il possible ?

Publié le 09/07/2013

Après Bron (près de Lyon), Toulouse et Nancy, une quatrième Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) a ouvert à Seclin il y a dix jours. Elle a été inaugurée lundi et accueille déjà une dizaine de détenus souffrant de problèmes psychiatriques. Ces « hôpitaux-prisons » sont loin de faire l’unanimité dans le milieu hospitalier. Celui de Seclin comporte soixante lits, un chiffre dérisoire au regard du coût de l’opération. Mais lundi, la prise en charge du détenu était sur toutes les lèvres.

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SCHIZOPHRENIE ET PRISON-Cas d’un jeune en prison et en perdition 02/07/2013

Quelques informations introductives (Wikipédia)

Les prisons françaises (191 établissements au 1er janvier 2012) sont des lieux privatifs de liberté gérés par l'administration pénitentiaire, elle-même rattachée au ministère de la Justice depuis 1911. Le rôle de la prison en France est de protéger la société contre les individus dangereux. Au-delà de la privation de liberté, cela passe également par la mise en œuvre de leur réinsertion afin de prévenir le risque de récidive.

En mai 2013, la capacité d'accueil des 191 prisons françaises était de 57 235 places. Un total de 67 839 détenus y étaient incarcérés, dont 16 987 prévenus en attente de leur jugement.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


CONGRES UNAFAM 2013 Intervention filmée de Marisol Touraine 01/07/2013

N'ayant pu être présente, Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé a fait parvenir son discours adressé aux membres du Congrès

Le film de son intervention 

 



- Imprimer cette info

SCHIZOPHRENIE : les prémices décelées par l'imagerie 28 juin 2013

In http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/06/27/20841-schizophrenie-premices-decelees-par-limagerie Par Pierre Kaldy - le 27/06/2013
Une intense activité est repérable dans une zone du cerveau au début de la maladie.
Comment savoir si l'adolescent qui perd sa capacité de concentration, sa sociabilité et la cohérence dans ses pensées est déjà en train de développer une maladie mentale sévère comme
la schizophrénie? Actuellement, cette pathologie n'est traitée qu'après un premier épisode de délire, alors que les symptômes précurseurs sont souvent apparus des années plus tôt. Un dépistage plus précis de la petite minorité des 15-25 ans vraiment à risque permettrait d'anticiper la prise en charge de la maladie voire tenter de l'enrayer.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


REINSERTION : Handicap et entreprise : en finir avec les préjugés 24/06/2013

Handicap et entreprise : en finir avec les préjugés

Source : MARIANNE

Vendredi 21 Juin 2013

 

Par : Mélissandre  Briansoulet

 

Les travailleurs handicapés ont une place à prendre sur le marché du travail. Une agence de communication, Tell me the truffe, entend bien faire savoir que ces personnes existent, et peuvent concourir à la richesse de l'entreprise.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales