cadre   - Nous sommes le Lundi 10 Avril 2017 et il est 14:55
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  formation des accompagnants familiaux
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
prochain groupe d'information des familles du 24 avril
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

OMS :nouvelle publication - orientations sur les soins de santé mentale après un traumatisme 12/08/2013

OMS - Centre des Medias

6 août 2013 | Genève

L'OMS publie des orientations sur les soins de santé mentale après un traumatisme

Un nouveau protocole clinique et des lignes directrices visent à assurer des soins de santé mentale efficaces pour les adultes et les enfants exposés à un traumatisme ou à la perte d’un proche

 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


AILLEURS : Les maladies mentales aux Etats-Unis 04/08/2013

Les maladies mentales aux Etats-Unis

Site AlterInfo.net

4 Août 2013

Par Liah Greenfeld

*Liah Greenfeld est professeure de sociologie, de science politique et d’anthropologie à l’Université de Boston. Elle est également professeure associée à l’Université Lingnan de Hong Kong.       

 Le déclin mondial relatif des Etats-Unis est devenu un sujet fréquent dans les débats de ces dernières années. Les partisans du point de vue post-américain mettent en avant la crise financière de 2008, la récession prolongée qui en a résulté et la montée en puissance constante de la Chine. 

La plupart sont des experts en relations internationales, qui envisagent la géopolitique à travers le filtre de la compétitivité économique, et qui imaginent l’ordre mondial comme une balançoire à bascule, dans lequel montée en puissance d’un joueur implique nécessairement la chute d’un autre.
Mais la focalisation exclusive sur les indicateurs économiques a empêché l’examen des implications géopolitiques d’une tendance nationale des Etats-Unis tout aussi souvent débattue, mais par un autre groupe d’experts : les taux toujours croissants de maladie mentale grave aux Etats-Unis (qui sont déjà très forts depuis longtemps).
      

 
 


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SCHIZOPHRENIE: Repérer les symptômes pour un traitement rapide 01/08/2013

Article d'information Grand public

Extrait du site "AXA Prévention"

Schizophrénie : repérer les symptômes pour un traitement rapide

La schizophrénie est une psychose. Les psychoses sont des maladies mentales qui atteignent généralement les jeunes adultes. Le malade est déconnecté du réel, ce qui engendre de graves répercussions sur sa vie sociale, affective ou professionnelle. Diagnostiqué à temps, ce type de troubles psychiques peut être atténué par la prise d'un traitement adapté.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PSYCHIATRIE ET NEUROLOGIE: 01/08/2013

Université Paris Diderot : Institut des Humanités de Paris

ANNONCE : 2ème journée scientifique "Apports réciproques de la neurologie et de la psychiatrie"

Dates : Vendredi, 18 Octobre, 2013

S'il est classique de distinguer neurologie et psychiatrie, cette séparation repose sur une frontière toujours mouvante entre troubles cérébraux organiques et troubles cérébraux fonctionnels. Or, le développement et l'extension croissante des sciences du cerveau et de la psychopharmacologie dans ces dernières décennies peuvent apparaitre comme un bouleversement épistémologique, venant modifier en profondeur la conception de la psychiatrie. Cette dernière deviendrait un versant clinique des neurosciences, partageant, sur le plan théorique, les mêmes programmes de recherche visant à dégager des explications neurocognitives des phénomènes, et, sur le plan pratique, l'utilisation des mêmes molécules dans la prise en charge des patients.
Cette évolution doit-elle être comprise comme un retour à une conception précédant l’autonomisation de la psychiatrie, ou aux idées défendues au cours du 19ème siècle par le courant organiciste, assimilant maladie mentale et maladie du cerveau ? Comment analyser aujourd'hui l'intrication des discours et des pratiques en neurologie et en psychiatrie, tout en posant la question de l'originalité et de la spécificité de chacun de ces domaines ?
Une première journée d'étude, organisée en octobre 2012, avait abordé cette problématique à la fois sous l'angle de l'approche historique des rapports entre les deux disciplines, et d'études comparatives des programmes de recherche, pratiques et phénomènes cliniques propres à ces deux champs. Cette deuxième journée approfondira certaines questions soulevées alors : des phénomènes comme la dépression, le délire, les troubles des fonctions supérieures sont-ils cliniquement identiques en neurologie et en psychiatrie ? Dans quelle mesure les protocoles expérimentaux et les techniques thérapeutiques proposés dans le cadre de troubles neurologiques sont-ils applicables en psychiatrie ?
Cette journée accordera une attention particulière à la question de  l''usage transversal à ces deux disciplines de certaines molécules, comme les anti-dépresseurs pour les douleurs neurogènes ou les anti-épileptiques pour les troubles bipolaires, de certaines méthodes de réhabilitation fonctionnelle et cognitive, ainsi que de certaines techniques, notamment l'imagerie cérébrale : il s'agira là encore d'articuler les perspectives historique et épistémologique à l'analyse des pratiques cliniques appuyées sur des exemples précis. 

Intervenants confirmés :
Bernard Pachoud, Pr UFR Etudes psychanalytiques, CRPMS, Paris Diderot
Emmanuel Fournier, PU-PH en neurologie, La Pitié-Salpétrière – Université Pierre et Marie Curie
Maxence Gaillard, Doctorant - ENS de Lyon – Centre d’épistémologie des sciences cognitives sur l’épistémologie de la neuroimagerie
Scott Phelbs (Département Histoire des Sciences-Harvard)
Romain Schneckenburger, Doctorat ENS Ulm sur l’histoire des disciplines neurologie et psychiatrie dans les années 1970
Intervenants à confirmer :
Françoise Odier, neurologue, Centre Hospitalier Sainte Anne

Organisation : 

Céline Lefève, Romain Schneckenburger, Sarah Troubé

Lieu : 

Salle Pierre Albouy - 6ème étage du bâtiment C des Grands Moulins

Informations et contact : 



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PPSM: Révision de la loi de 2011 29/07/2013

Soins sans consentement : la révision de la loi de 2011 en discussion le 25 juillet 

Le Quotidien du Médecin

8 Jul 2013

COLINE GARRÉ

La proposition de loi de Bruno Le Roux et Denys Robiliard qui doit modifier la loi du 5 juillet 2011 relative aux soins sans consentement en psychiatrie sera discutée en séance publique le dernier jour de la session extraordinaire du Parlement, ce jeudi 25 juillet. Le gouvernement a engagé la procédure accélérée. Le temps presse en effet, alors que deux dispositions du code de la santé publique risquent d’être abrogées au 1er octobre 2013, sur décision du Conseil constitutionnel.

La commission des affaires sociales a examiné mercredi 17 juillet la PPL rapportée par Denys Robiliard. Elle s’inspire grandement du rapport d’étape que la mission d’information sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie a rendu début juin.

Dans ses grandes lignes, la PPL apporte une réponse au conseil constitutionnel sur le sujet du régime dérogatoire (avec saisine du juge ou du représentant de l’État) applicable à la sortie des personnes ayant séjourné en unité pour malades difficiles (UMD) ou pénalement irresponsables. Le texte de loi prévoit un retour au droit commun pour les malades en UMD en abrogeant le statut légal de ces unités de soins intensifs. Il maintient en revanche le régime dérogatoire pour certains irresponsables pénaux ayant commis des faits graves (passibles d’au moins 5 ans de prison pour les atteintes aux personnes, 10 pour les atteintes aux biens).



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Comment travailler avec une personne souffrant d’un handicap psychique ? 29/07/2013

Extrait de

Essentiel Santé Magazine Le Blog

Novembre 2011

Comment travailler avec une personne souffrant d’un handicap psychique ?
emploi-handicap-psychique

En entreprise, le handicap psychique est généralement mal perçu, et les personnes qui en souffrent ont parfois du mal à s’intégrer. Christine Malo, psychologue à Vivre Emergence, revient sur les comportements à adopter pour travailler en bonne entente avec un collègue souffrant d’un handicap psychique.

Comment définir ce qu’est le handicap psychique ?


Le handicap psychique est souvent la conséquence d’une maladie psychique qui peut apparaître à n’importe quelle période de la vie. A la différence du handicap mental, il reste un sujet tabou parce que mal connu. Or, le handicap psychique demande une attention particulière, de la bienveillance, et une capacité à faire face à des attitudes de  repli sur soi ou d’agressivité, et à des sautes d’humeur…

Faut-il sensibiliser les collaborateurs aux troubles du comportement dont souffre un salarié ?


C’est indispensable car une personne qui souffre de handicap psychique a besoin d’un accompagnement spécifique. Mais il faut respecter la vie privée de la personne en restant discret sur l’origine du handicap. Certains comportements, ou difficultés relationnelles, peuvent être déroutants. Ils peuvent ne pas être compris et être une source d’inquiétude, voire de conflit. Beaucoup de personnes se demandent : « Comment dois-je réagir face à une situation difficile ? Quelle attitude dois-je adopter ? » Il est essentiel de créer un espace d’écoute et de parole pour rassurer, désamorcer les craintes et lutter ainsi contre les idées reçues.

L’association Obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) a créé la fonction d’« accompagnant d’un travailleur handicapé ». De quoi s’agit-il ?


La mission d’accompagnement d’un travailleur handicapé est confiée à un salarié volontaire. Il prépare l’accueil de la personne handicapée pour faciliter une intégration durable dans l’entreprise. Ce tutorat permet à la personne en situation de handicap de prendre confiance en elle. L’accompagnement peut être temporaire ou permanent. Pour remplir cette fonction, il est possible de suivre une formation spécifique.

Quelle est la clef d’une bonne intégration d’une personne qui souffre de handicap psychique ?


Evitez deux comportements extrêmes : la dramatisation ou la surprotection affective. Il est important de ne jamais oublier qu’une personne qui souffre de handicap psychique a surtout besoin de compréhension de la part de son entourage. La considérer comme un travailleur au même titre que les autres collègues facilite son intégration.

Propos recueillis par Claudine Colozzi – Crédit photo : David Lees/Getty Images



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PPSM : Vote de la proposition de loi sur les soins sans consentement 27/07/2013

Les députés ont voté la proposition de loi sur les soins sans consentement en psychiatrie

Source : Libération

26 Jul 2013

Les députés ont adopté jeudi 25 juillet 2013 la proposition de loi sur les soins sans consentement en psychiatrie, qui révise la loi du 5 juillet 2011 pour répondre à l’annulation de deux dispositions par le Conseil constitutionnel en avril 2012.

Article par  AFP :

Les députés ont adopté jeudi une proposition de loi PS sur la psychiatrie qui traite notamment des irresponsables pénaux et revient sur la loi adoptée en 2011 jugée alors «sécuritaire» par l’opposition et l’ensemble des syndicats de psychiatres.

Ce texte, signé de Denis Robiliard (PS) et Bruno Le Roux (PS), répond à la décision du Conseil constitutionnel d’avril 2012 qui avait censuré des dispositions sur les UMD (unités pour malades difficiles) et les irresponsables pénaux issus de la loi de 2011. Celle-ci avait été annoncée juste après le meurtre d’un étudiant à Grenoble par un malade mental enfui de l’hôpital.

La proposition de loi PS s’inspire des travaux de la mission d’information sur la santé mentale qui a récemment rendu un rapport d’étape, a précisé M. Robiliard.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PSYCHIATRIE: Vision du Réseau CHU 23/07/2013

La psychiatrie en voie de banalisation

Réseau CHU - 22/07/2013 10:45:00


Souffrant encore de stigmatisation sociale, la psychiatrie du XXIème siècle remet en question le regard que la société porte sur elle. Pour « dédramatiser » les soins dispensés aux personnes vivant avec un trouble psychique, expliquer les nouvelles approches thérapeutiques et les accompagnements sur mesure, des semaines d'information et des conférences sont organisées.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


PPSM: proposition de loi examinée en Commission 23/07/2013

Psychiatrie – Les députés en commission précisent la proposition de loi sur les soins sans consentement »

22 Juillet 2013

La proposition de loi relative aux soins sans consentement déposée le 4 juillet a été précisée par des amendements proposés en Commission des affaires sociales. Les principales modifications du texte portent sur l’amélioration du contrôle des mesures par le Juge des libertés et de la détention (JLD).

Alors que la proposition de loi relative aux soins sans consentement en psychiatrie, signée par les membres du groupe Socialiste, républicain et citoyen (SRC) et déposée en début de mois , doit être examinée en séance publique à compter du 25 juillet, la Commission des affaires sociales a validé le 17 juillet des amendements sur le texte. La proposition de loi s’attache d’une part à apporter les améliorations d’ordre législatif requises par la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 . Il prévoit également de modifier les dispositions de la loi du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement. Les députés du groupe SRC prévoient notamment de réviser le statut des Unités pour malades difficiles (UMD), de réintroduire les sorties de courte durée et de faire une règle de la tenue des audiences foraines à l’hôpital.



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


RECHERCHE: USAGE DU CANNABIS ET SES EFFETS 22/07/2013


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales