cadre   - Nous sommes le Lundi 09 Décembre 2019 et il est 13:51
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  la lettre de la présidente août 2019
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
aah : debat sur le revenu universel d'activite
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

Toutes les actualités Départementales mises en commun et par ordre Chronologique

des Délégations Unafam 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972



Création: accueil pour les frères et sœurs de malades psychiques Le 15 février 2005
Envoyé par unafam66

Concrètement, si vous êtes frères ou sœurs de malades psychiques, l’UNAFAM des P.O. vous propose : - Un accueil personnalisé sur rendez-vous en appelant au 06 83 83 57 46 - Une permanence hebdomadaire avec accueillante : les 1er et 3ème vendredis de chaque mois à partir de 18 heures. Des groupes de réflexion autour de thèmes spécifiques seront organisé...

SUITE DE L'INFORMATION

Aujourd’hui, nombreuses sont les familles qui s’interrogent sur « la maladie psychique » en particulier dans le contexte du drame qui vient de se produire à Pau.
Création d’un accueil pour les frères et sœurs de malades psychiques: La fratrie se situe au cœur de la famille, aussi les frères et sœurs sont-ils en première ligne dans l’accompagnement relationnel des personnes malades. D’après une enquête nationale réalisée par l’Unafam auprès de 600 frères et sœurs de malades psychiques, - 53% des personnes interrogées pensent que la maladie de leur frère ou sœur a des répercussions sur leur propre santé, - 2/3 des frères et sœurs pensent avoir besoin d’aide pour eux-mêmes, pourtant moins d’1/3 font cette démarche, - Seuls 1/3 connaissent la maladie dont souffre leur frère ou leur sœur et - 70% pensent manquer d’information afin d’y faire face. Suite à cette enquête, les frères et sœurs de malades se sont réunis et ont proposé d’échanger leur expérience dans un lieu ouvert et chaleureux, ceci leur permettant de sortir de l’isolement auquel la maladie conduit trop souvent.
Les troubles psychiques, parmi lesquels les schizophrénies, les maniaco-dépressions ou troubles bi-polaires, les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie), touchent environ 6 % de la population, tout au moins pour les cas reconnus. D'autres sont encore cryptés car souvent les familles les occultent (la honte, le déni de la maladie). Depuis la découverte des neuroleptiques, les grands hôpitaux psychiatriques ont diminué leurs activités et le malade psychique sortant de crise est remis très rapidement dans la Cité. En effet, les neuroleptiques, les antidépresseurs ou les anxiolytiques, s'ils ne guérissent pas ces maladies, contribuent à les stabiliser et une prise en charge socio-thérapeutique du malade psychique reste nécessaire dans la durée. Aussi, les familles (parents, conjoints, frères et sœurs) prennent souvent en charge la personne atteinte de ces troubles et doivent par conséquent elles aussi être entourées afin de mieux réagir face à la maladie de leur proche. L’on constate d’ailleurs que lorsque la famille va mieux, le malade lui aussi va mieux.
Témoignage d’un frère de malade parmi d’autres: « J’ai vécu ses délires au quotidien. Mon frère devenait petit à petit un étranger, je craignais ses réactions, je verrouillais ma porte. J’ai fini par croire à une partie de ses délires, j’étais dans l’incapacité d’en parler à l’extérieur. Après 15 ans de silence, j’ai réussi à parler avec mon frère de sa maladie, j’ai rétabli une relation avec lui, j’ai enfin pu parler et briser un tabou. »
Des groupes de réflexion autour de thèmes spécifiques seront organisés. (Exemple de thème de réflexion: Comment réagir face aux propos délirants ou en cas de crise de son frère ou de sa sœur atteint de maniaco-dépression ou de schizophrénie ?) - Un groupe de parole avec Psychologue clinicienne, spécialiste en thérapie de Famille et de Fratrie, une fois par mois. Rappel des autres permanences de l’Association UNAFAM des P.O. Chez UDAF, 3, Rue Déodat de Séverac, Perpignan Permanence téléphonique : 06 83 83 57 46 (UNAFAM-Frères et sœurs) 06 88 59 08 62 (UNAFAM-Familles/Amis) - Accueil informel : Tous les mardis après midis de 14h30 à 17 heures - Accueil spécifique avec psychologue : Vendredis matins de 10 à 12h (rdv par téléphone) (1 fois/mois, groupe « Suicide » ; 2 fois/mois, groupe « Lâcher prise ») - Régulation des accueillants par psychologue clinicienne : 1 fois/mois - Thérapie analytique : tous les jeudis après midis
Adhérer à l’UNAFAM permet de bénéficier de ces accompagnements psychologiques

Imprimer cette news


LE TITRE DE CETTE INFORMATION EST : Création: accueil pour les frères et sœurs de malades psychiques

Information envoyée par la section unafam66

Vous pouvez répondre et réagir .........Votre texte sera placé ici après validation par le webmestre

Avec le formulaire ci-dessous

Pseudo :

Email :

Titre :

Commentaire :

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales