cadre   - Nous sommes le Lundi 23 Avril 2018 et il est 03:27
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  café rencontre saint-yrieix
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
handicap et famille 9 juin 2018 au théâtre auxerre
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

propositions senatoriales pour reduire le nombre de malades mentaux en prison 13 mai 2010

In(AFP) PARIS mai 2010 — Les commissions des lois et des affaires sociales du Sénat ont fait mardi des propositions pour limiter le nombre de malades mentaux en prison et améliorer leur prise en charge pendant et après leur détention, projetant de déposer une proposition de loi.


SUITE DE L'INFORMATION

"La proportion de personnes atteintes de troubles mentaux les plus graves, pour lesquelles la peine n'a guère de sens", peut être estimée à 10% de la population pénale, soit 6.000 détenus, selon un rapport présenté à la presse par les sénateurs Jean-René Lecerf (UMP) et Jean-Pierre Michel (PS) pour la commission des lois, Christiane Demontès (PS) et Gilbert Barbier (RDSE) pour la commission des affaires sociales. "Le constat est alarmant", ont-ils estimé. Intitulé "prison et troubles mentaux: comment remédier aux dérives du système français", ce rapport recommande notamment de compléter l'article 122-1 afin que "l'altération du discernement" entraîne une réduction, allant du tiers à la moitié, de la peine encourue. L'altération du discernement, notion ajoutée en 1993 à l'"abolition" qui entraîne l'irresponsabilité pénale, a été "conçue par le législateur comme une cause d'atténuation de responsabilité", rappelle le rapport. Or, paradoxalement, elle a constitué "un facteur d'aggravation de la peine", constate-t-il, le jury étant tenté d'allonger la peine pour retarder une éventuelle récidive, et de considérer la prison comme "le lieu le plus sûr" pour se prémunir de la dangerosité supposée de certains malades mentaux. Outre cette "atténuation" de la peine prononcée en cas d'altération du discernement, les sénateurs préconisent que celle-ci soit exécutée pour au moins un tiers "sous le régime du sursis avec mise à l'épreuve et obligation de soins". Ils recommandent aussi, d'une manière générale, une amélioration du suivi des détenus et anciens détenus atteints de troubles psychiatriques. Pour cela, ils demandent la création de "SMPR" (service médico-psychologique régional) supplémentaires au sein des établissements pénitentiaires. Il en existe actuellement 26, représentant 360 lits. Ils préconisent le développement des Unités pour malades difficiles (UMD - actuellement au nombre de 5, pour 427 places), et suggèrent un "hébergement dans des structures intermédiaires" (appartements thérapeutiques) pour les détenus sortant de prison, avant une prise en charge "ambulatoire". Concernant les "Unités hospitalières spécialement prison.jpgaménagées" (UHSA), destinées à des détenus présentant de graves troubles psychiatriques, les sénateurs sont partagés, estimant nécessaire d'être "particulièrement attentif" à leur fonctionnement et au profil des détenus qui y seront hébergés. La première des 17 UHSA programmées à terme doit ouvrir prochainement à Lyon. Les sénateurs proposent enfin la tenue d'"états généraux de la santé mentale", afin d'engager une révision de l'organisation territoriale de la psychiatrie et de la loi de 1990 sur l'hospitalisation d'office.

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales